Les débutantes de Courtney Sullivan

debDebutante Débutantes

« Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonnes et emménagé à l’étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker et de Vogue.»

Mon avis

Acheté en seconde main en ne connaissant pas l’histoire. J’ai été agréablement surprise de découvrir les Freshers de l’université de Smith => Smith College (Smith College est la plus grande université pour femmes des États-Unis. Située à Northampton, dans le Massachusetts, groupement fondé pour créer une alternative à la Ivy League masculine). Sylvia Plath citée dans le roman a intégré cette université, et rien que ça, ça m’a plu.

On suit avec passion les aventures des jeunes femmes à l’aube du mariage de Sally et les années d’études grâce aux flash-backs. Nous naviguons entre rires et larmes.

Je me suis tellement attachée aux personnages et au style de l’auteure, que j’ai acheté ses deux autres romans publiés en français.

 

Huit saisons de Justin Cronin

Huit saisons / Mary and O’Neil  de Justin Cronin (2011)

huit

Résumé : Huit saisons, huit nouvelles qui, en fait, constituent un roman. L’histoire d’une famille dont chaque membre va son chemin : les études, le travail, le mariage, les enfants…

Mon avis : Acheté par hasard, ce roman constitué de huit nouvelles souligne les liens familiaux indispensables à tout être humain. Nous suivons et vivons avec O’Neil et Kay de 1979 à l’an 2000. Ce roman est bouleversant et touchant, même si je dois admettre uin bémol au niveau de la traduction, en effet Pierre Charras (1945-2014 – dont j’ai beaucoup aimé « Dix-neuf secondes ») a tendance à traduire « college/université » en Collège (en français). Or on parle bien du campus, de jeunes adultes. A revoir au niveau de la traduction

Avoir un corps

avoiruncorps

Avoir un corps est la trajectoire d’une enfant qui devient fille, puis femme, racontée du point de vue du corps, une traversée de l’existence, véritable aventure au quotidien où il est question d’éducation, de pudeur, de séduction, d’équilibre, d’amour, de sensualité, de travail, de maternité, d’ivresse, de deuil et de métamorphoses. L’écriture au réalisme vibrant, sensible et souvent drôle, interroge ce corps qui échappe parfois, qui ravit ou qui trahit. Un roman qui rappelle que la tête et le corps entretiennent un dialogue des plus serrés, des plus énigmatiques.

Mon avis :

Avoir un corps de Brigitte Giraud m’a touchée, m’a fait réfléchir, m’a rendue triste.

Ce n’est pas le premier roman que je lis de cette auteure, mais à chaque fois je suis émue par son écriture, certes simple mais qui prend au tripes. Elle sait transmettre des émotions, les phrases sont courtes et tranchantes.

Nous suivons cette héroïne à travers les différents stades de son enfance, son adolescence puis de sa vie d’adulte.

Le petit plus : 

A écouter : un interview de Brigitte Giraud http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-brigitte-giraud-2014-02-04