Amour·Ebooks·Femme·Littérature anglo-saxonne

« Mon amie Adèle » de Sarah Pinborough

9782253107880FS

Résumé :

LOUISE Mère célibataire, elle est coin

cée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron. DAVID Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante. ADELE L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise…
Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles. David est-il l’homme qu’il prétend être ? Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ? Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?

Mon avis :

J’ai d’abord été attirée par la couverture rouge et blanche puis par le nom de l’autrice, je n’ai pas lu ses romans précédents mais je savais qu’elle avait réécrit des contes populaires (Poison = Blanche-Neige etc). On retrouve quelques éléments fantastiques dans ce roman, ce qui m’a fait pensé à l’univers des contes.

En commençant ma lecture je ne savais pas vraiment où l’histoire allait m’emmener, je me suis laissée bercer et laissée berner également. Nous suivons Louise dans son travail, sa vie quotidienne, heureusement et malheureusement sa vie va être bouleversée par ses rencontres avec le nouveau psychiatre de son cabinet et l’épouse de celui-ci. Nous assistons à une sorte de triangle amoureux très ambigu et intriguant. J’ai passé de bons moments même si la fin du roman m’a assez terrifiée.

Lu en epub grâce à Netgalley.

Publicités
Adolescence·Amour·Ebooks·Femme·Littérature anglo-saxonne·Uncategorized

La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu

 

Résumé :

Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue.
Alice Franklin est une traînée.
Tout le monde le sait.
C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes.
On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée et qu’elle a provoqué la mort de l’un d’entre eux.

 

Mon avis : Thème à aborder obligatoirement avec les jeunes. Ce roman nous emmène à la rencontre de lycéens, plus ou moins populaires, pas tous bien dans leur peau mais chacun à leur tour deviennent attachants. J’aimé les personnages d’Alice, de Kurt et de Kelsie (ma préférée je pense). J’aurais aimé que ça continue, pour suivre leur évoluation, leurs probables réconciliations.

Alice

Amour·Femme·Littérature·Littérature anglo-saxonne

Les débutantes de Courtney Sullivan

debDebutante Débutantes

« Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonnes et emménagé à l’étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker et de Vogue.»

Mon avis

Acheté en seconde main en ne connaissant pas l’histoire. J’ai été agréablement surprise de découvrir les Freshers de l’université de Smith => Smith College (Smith College est la plus grande université pour femmes des États-Unis. Située à Northampton, dans le Massachusetts, groupement fondé pour créer une alternative à la Ivy League masculine). Sylvia Plath citée dans le roman a intégré cette université, et rien que ça, ça m’a plu.

On suit avec passion les aventures des jeunes femmes à l’aube du mariage de Sally et les années d’études grâce aux flash-backs. Nous naviguons entre rires et larmes.

Je me suis tellement attachée aux personnages et au style de l’auteure, que j’ai acheté ses deux autres romans publiés en français.

 

Blabla·Séries Télé

Devious Maids

Image

 

En dehors de la littérature et des livres j’ai aussi une passion pour les séries télé, principalement de séries dramatiques, quelques séries comiques et peu de séries de science-fiction.

Ma Pile d’Episodes à Regarder (ma PER) est assez longue, j’ai plusieurs séries commencées, d’autres dont je n’ai pas encore regardé « the pilot épisode », certaines que je voudrais re regarder.

J’ai entre autres : Parenthood, How I Met Your Mother, Shameless US, Girls, Misfits, Modern Family, Glee, Pretty Little Liars, True Blood

J’aime beaucoup les séries anglaises dans la lignée de Skins, This is England 86 et 88, et mon dernier coup de cœur My Mad Fat Diary découvert sur le site de Madmoizelle : http://www.madmoizelle.com/my-mad-fat-diary-235851. Tout me plait dans cette série, la musique, l’époque 90’s, les vêtements, les acteurs et pourtant j’avais eu beaucoup de mal à rentrer dans la série, l’épisode pilote ne m’a pas trop donné envie, mais j’ai persisté.

Aujourd’hui je vais parler de la série Devious Maids que je viens de découvrir, c’est en quelque sorte la petite sœur de Desperate Housewives (série que j’ai beaucoup aimé), elles ont le même créateur : Marc Cherry. Et Eva Longoria est même l’une des productrices 🙂

La saison 1 commence avec la mort de Flora l’une des domestiques, elle a été sauvagement assassinée.

Voici le résumé via Allociné :

Quatre femmes de ménage d’origine latine travaillent pour de riches familles au coeur de luxueuses villas de Beverly Hills. Lorsque l’une de leurs amies est tuée dans des circonstances mystérieuses, elles s’interrogent sur leurs rêves et leurs espoirs déçus, sur leurs patrons, tous plus névrosés les uns que les autres, et sur leur avenir…

Le format est de 42 minutes, la musique est entraînante, les personnages sont attachants même les plus bizarres de la série.

Pour le moment je n’ai vu que 5 épisodes, mais je suis agréablement surprise.

 

Littérature·Littérature française·Uncategorized

Karine Reysset

 Image

Photo ouest-france.fr

Je connais cette auteure depuis plusieurs années (je crois que j’ai commencé à lire ses romans en même temps que ceux de son compagnon Olivier Adam). J’aime ses romans jeunesse ainsi que ses romans pour ados-adultes.

La plume de Karine Reysset me touche beaucoup, j’aime sa manière d’aborder les sujets « difficiles » , son roman Comme une mère m’a beaucoup touchée, le thème de la maternité revient souvent dans mes lectures, c’est un thème qui m’interroge, me surprend etc.

J’avoue avoir les larmes aux yeux lorsque je lis un roman de Karine Reysset, notamment A peine un peu de bruit (publié en 2006), le deuil est traité avec subtilité et émotion.

« Charlotte est l’aînée de trois enfants. Quatre, si l’on compte Loïc, né après elle et décédé à trois mois. Cette absence a marqué la famille pour toujours. Charlotte en conserve une peur de la vie, des changements ; elle se raccroche à des petits rituels et à la religion, fréquentant beaucoup l’église. Malgré tout, elle a des petits copains, une amie confidente, déménage à Paris. Elle n’oublie pas son petit frère, mais ne va plus à la messe. Pour exprimer le malaise qui perdure en elle, elle écrit. »

Image

 Photo amazon.fr

Son sixième roman L’ombre de nous-mêmes est dans ma PAL et je le lirai prochainement.

Ebooks·Littérature anglo-saxonne·Uncategorized

La liste de Siobhan Vivian

La Liste

 

Résumé :

Cela faisait un bout de temps que je voulais lire ce roman pour ados et puis je n’ai pas eu l’occasion de l’emprunter. Quand je l’ai collé dans ma liseuse (e-book reader) je l’ai tout de suite commencé.

Le roman commence par une sorte de tradition dans ce collège, depuis plusieurs années une liste est établie pour désigner les plus belles ainsi que les plus laides filles du lycée.

Chaque chapitre nous présente une des filles de la liste, j’ai aimé les différents points de vue à la limite des caricatures pour certaines malheureusement. Je vais certainement lire quelques passages en anglais histoire de comparer la version. J’ai globalement aimé le style de l’auteure, ce n’est pas une histoire à l’eau de rose, plutôt réaliste même. C’est dommage qu’on ne voie plus les réactions des garçons et parents d’élèves (hormis certains garçons et la principal du lycée).

Le petit plus + : 

J’ai trouvé que les notes de la traductrice étaient vraiment bénéfiques, même si je m’intéresse beaucoup à la culture anglo-saxonne et notamment aux teenagers américains, je ne savais pas que les « lycées » allaient de la troisième à la terminale.

Note de la traductrice : « Aux États-Unis, l’équivalent du collège (middle school) s’achève le plus souvent à la fin de la quatrième ; les high schools, équivalents du lycée, allant de la troisième à la terminale. (Toutes les notes sont de la traductrice.) »  © Éditions Nathan (Paris, France), 2013

 

http://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=19228″><img src= »http://www.babelio.com/images/logo2.GIF » alt= »Mon profil sur Babelio.com » title= »Mon profil sur Babelio.com » border= »0″></a></div>